Partagez

Les encours des livrets réglementés se sont envolés en 2020. À fin novembre, les versements nets atteignaient 27,23 milliards d’euros sur les Livrets A et 7,81 milliards sur les Livrets développement durable et solidaire (LDDS) portant l’encours total de ces deux placements à 446 milliards d’euros.

Comme de nombreux Français, vous avez rempli vos livrets à ras bord ? Les plafonds de versement (22.950 euros sur le Livret A et 12.000 euros sur le LDDS) ont été atteints et vous ne pouvez plus y déposer le moindre centime ?

Ce n’est pas une raison pour laisser votre épargne dormir sur un compte courant. Voilà trois solutions pour placer judicieusement votre argent, selon votre profil et votre horizon d’investissement.

Fonds en euros et livrets bancaires

Pour un placement offrant des caractéristiques proches de celles du Livret A ou du LDDS – à savoir un support sans risque et liquide – aucune solution miracle n’existe.

Le célèbre fonds en euros des contrats d’assurance vie coche de nombreuses cases. Il est (presque) sans risque et l’argent est généralement disponible en quelques jours. Les meilleurs contrats offrent en outre un rendement supérieur à celui du Livret A. Problème, trouver un assureur qui accepte des versements à 100% sur le fonds en euros sans frais à l’entrée est aujourd’hui une véritable tannée.

Plus accessible, les livrets bancaires offrent une alternative intéressante aux livrets réglementés. Mais, dans la plupart des cas, ils offrent des rendements inférieurs et soumis à taxation (impôt + prélèvements sociaux).

Notre conseil : si vous détenez déjà 35.000 euros sur des livrets réglementés, il n’est probablement pas nécessaire d’augmenter encore vos liquidités. Privilégiez des placements plus risqués ou moins liquides (voir ci-dessous), sauf cas particuliers (épargne temporaire suite à la vente d’un bien immobilier, extrême aversion au risque, important projet à financer dont le calendrier est incertain etc.)

PEL et comptes à terme

Faciles d’accès et généralement plus rémunérateurs que les livrets bancaires, deux autres supports de placement vous permettent de loger votre épargne sans prendre de risque : le plan d’épargne logement (PEL) et les comptes à terme. Revers de la médaille, ces produits sont aussi moins liquides qu’un Livret A ou un fonds en euros.

L’argent placé sur un PEL peut être retiré à tout moment mais cela entraînera la clôture du plan. S’il s’agit d’un «vieux» contrat, ses avantages seront perdus même si vous ne retirez que quelques euros. Si le plan a moins de deux ans, son taux d’intérêt sera recalculé au taux du compte épargne logement (CEL), soit 0,25% actuellement contre 1% pour le PEL (avant impôt et prélèvements sociaux).

Quant à l’épargne placée sur un compte à terme, elle est, comme son nom l’indique, bloquée jusqu’à un terme prévu à l’avance. En contrepartie, le taux d’intérêt proposé est relativement attrayant et d’autant plus élevé que la durée de «blocage» est grande. Il peut approcher les 1% (avant impôt) dès lors que la durée est supérieure à deux ans. Un compte à terme peut être clôturée avant l’échéance mais dans ce cas des pénalités s’appliquent. Un seul versement est possible sur ce type de placement qui n’est donc pas adapté à un effort d’épargne régulier.

Notre conseil : pesez bien le pour et le contre avant de placer votre épargne sur un PEL ou un compte à terme car un retrait anticipé ne sera pas sans conséquence. Quitte à l’alimenter au minimum (45 euros par mois), ouvrir un PEL si vous n’en détenez pas déjà un peut être intéressant afin de profiter de son taux garanti qui pourrait en faire le meilleur placement sans risque des prochaines années.

Bourse et immobilier

Vous détenez déjà plus de 35.000 euros d’épargne liquide et sans risques ? À moins que vous n’ayez un projet précis ou un faible horizon d’investissement, il est peut-être temps d’envisager des placements plus risqués et potentiellement (beaucoup) plus rémunérateurs.

Dans cette perspective, investir progressivement en Bourse peut rapporter gros à long terme. Dans la plupart des cas, le mieux est d’ouvrir un plan d’épargne en actions (PEA) mais vous pouvez aussi utiliser un contrat d’assurance vie (de préférence récompensé par Le Revenu), un simple compte-titres voire un plan d’épargne retraite même si dans ce cas l’argent est bloqué.

Avant de vous lancer, n’hésitez pas à consulter nos articles pédagogiques pour bien débuter en Bourse. Nos sélections d’actions, de fonds et nos conseils boursiers journaliers pourront aussi vous aider à faire vos choix d’investissements.

A côté de la Bourse, l’immobilier peut aussi constituer un investissement attrayant sur le long terme que ce soit en direct ou via des SCPI. Prenez toutefois garde aux frais, à la fiscalité et aux caractéristiques des biens achetés. Nos nombreux articles sur le sujet pourront vous aiguiller.