Valoriser votre patrimoine, une nécessité

Les rendements actuels des placements obligataires et monétaires permettent à peine de compenser la fiscalité et l’inflation, aussi faible soit-elle.
À la tête d’avoirs financiers à placer ou de revenus vous conférant une capacité d’épargne confortable, la recherche du rendement est indispensable pour préserver votre patrimoine et le valoriser.

La valorisation de votre patrimoine pourra vous permettre de réaliser de nombreux objectifs :

  • financer les études de vos enfants ou vos petits-enfants
  • disposer d’un capital en vue de votre retraite
  • disposer d’un apport personnel en vue d’un investissement immobilier minimiser votre pression fiscale
  • préparer votre succession

L’épargne à moyen-long terme est un moyen efficace pour financer ces besoins. Pour cela, votre conseiller peut vous accompagner pour mettre en place la solution la plus appropriée.

À titre d’information, sachez qu’en moyenne un capital doit générer un revenu brut de 5 % pour compenser l’inflation, l’impôt sur le revenu et la CSG. Pour un foyer assujetti à l’ISF et à la tranche d’impôt à 45 %, le rendement brut doit atteindre 9 % (source : Fondation Fondapol).

2,30

%

C'est le taux moyen de rendement
des fonds en euros en 2015.

Source : FFA

36,5

%

C’est le taux de ménages détenant
de l'assurance-vie en France en 2015

Source : INSEE

4 377

mds €

C'est la valeur du patrimoine financier
des français au 3ème trimestre 2015.

Source : Banque de France

Comment valoriser votre patrimoine ?

La plupart des études montrent que l’assurance vie en euros est le placement financier préféré des Français.
Liquidité, garantie du capital, volatilité quasi-nulle…elle ne manque pas d’arguments mais comment tirer le meilleur parti de ses avantages ? Existe-t-il d’autres placements compétitifs ? Tour d’horizon des solutions les plus optimales.

Chaque année, la grande majorité des détenteurs d’une assurance vie effectuent leurs versements sur leur contrat ou leur fonds en euros. En 2016, les dépôts des épargnants sur leurs contrats d’assurance vie ont atteint 134,7 milliards. Si les meilleurs contrats rapportent jusqu’à 3% avant prélèvements sociaux, les rendements des fonds en euros subissent cependant un mouvement de baisse des taux à long terme. En effet, le rendement moyen des fonds en euros des contrats d’assurance-vie est passé pour la première fois sous la barre des 2% en 2016 (1,8%), mais toujours supérieur à l’inflation annuelle. La rotation des portefeuilles des assureurs conduit à une substitution mécanique d’obligations anciennes rémunératrices par de nouvelles affichant des taux nettement plus bas. Conclusion : le « tout fonds en euros » ne saurait suffire pour gommer l’impact de l’inflation et de la fiscalité.

Si le fonds en euros peut demeurer le socle de votre épargne, il est nécessaire de le compléter par des supports plus dynamiques en vue d’obtenir une espérance de gains plus élevée. Pour cela, un contrat d’assurance vie multisupport comportant un fonds en euros et des supports en unités de compte investis sur plusieurs classes d’actifs (actions, obligations, diversifiés, produits structurés) est une solution adaptée. La plupart des compagnies permettent, via des gestions profilées ou des formules d’investissement, de mettre en place des stratégies de dynamisation de votre capital plus ou moins risquées, adaptées à votre profil. Attention cependant, la plupart des placements hors fonds en euros ne bénéficient pas de la garantie du capital.

Conseil

Avec les contrats d’assurance vie modernes, vous pouvez disposer d’options de gestion gratuites qui permettent de dynamiser votre investissement ou de sécuriser vos plus-values.

Comment réinvestir une rentrée d’argent ?

Vous avez hérité, engrangé une belle plus-value immobilière ou sur la revente de votre entreprise ? Pour réinvestir cette somme d’argent, la Tontine à prime unique peut être une solution appropriée.

Il s’agit d’une forme d’assurance vie non rachetable qui bénéficie à ce titre d’une exonération d’ISF sous conditions, via une association où plusieurs épargnants sont regroupés pour investir en commun et à long terme, par exemple 15 ans. Cet horizon de gestion sans possibilité de rachat permet au gestionnaire des fonds de prendre des positions d’investissements longues, plus rémunératrices pour l’épargnant. Au terme, le capital est partagé entre les survivants.

Les premières questions à se poser

1

Quel montant ai-je
besoin de valoriser ?

2

À quel horizon aurai-je
besoin de mon capital ?

3

Quelle est ma sensibilité au risque ?

4

Quelle est ma situation fiscale
et ma tranche d’imposition ?