Partagez

Le montant total des fonds levés par les start-up a progressé de 7% à 5,39 milliards d’euros, une croissance appréciable mais bien en deçà des croissances de 39% et 41% observées en 2019 et 2018.

Le nombre total d’opérations de levées de fonds a baissé de 16%, mais elles ont eu tendance à être d’un montant plus important.

Ainsi, les levées de fonds supérieures à 50 millions d’euros ont été nettement plus nombreuses (21 en 2020, contre 16 en 2019).

2020 a été marquée par des opérations très importantes comme celle de l’éditeur de jeux vidéo mobiles Voodoo (400 millions d’euros levés auprès du chinois Tencent – estimation non confirmée officiellement), ou bien celles de l’éditeur de logiciel pour place de marché Mirakl (256 millions levés) ou le fabricant de protéines à base d’insectes Ynsect (190 millions levés).

Royaume-Uni : numéro un

Selon le baromètre EY, le Royaume-Uni reste le champion européen incontesté des levées de fonds avec 12,7 milliards d’euros levés, soit plus de deux fois l’enveloppe française.

L’Allemagne reste comme les années précédentes à peu près au niveau français, avec 5,2 milliards d’euros levés.

Les logiciels et les services informatiques sont le secteur le plus représenté dans les levées de fonds, avec 1,42 milliards d’euros récoltés en 140 opérations.

Les services internet suivent de près (1,4 milliard d’euros, 128 opérations), suivis par les sciences de la vie (851 millions d’euros, 106 opérations), et les paiements et services financiers (622 millions d’euros, 52 opérations).

Géographiquement, les start-up d’Ile-de-France rassemblent 75% des investissements en valeur, suivie par Auvergne Rhône-Alpes (8% des investissements en valeur) et les Hauts-de-France (4% en valeur).

Le Revenu, avec AFP