Partagez

Des millions de Français ont touché (ou c’est imminent) de l’argent de l’administration fiscale ce vendredi 15 janvier 2021.

Ce versement n’a rien d’une erreur. Il correspond à une avance sur les crédits et réductions d’impôts que le fisc vous doit au titre de l’année 2020. Ces avantages fiscaux ne sont en effet pas intégrés dans le prélèvement à la source de l’impôt. Ils sont payés à part et en deux fois. Une partie en janvier (60% de la somme due au titre de l’année N-2, soit 2019 en 2021) et le solde en juillet.

Ainsi, si vous aviez bénéficié de crédits d’impôts l’an dernier, il est tout à fait normal que l’administration ait effectué un virement en votre faveur.

Rembourser l’avance ?

Mais, attention, ce versement ne sera peut-être pas définitif ! Puisqu’il s’agit d’une avance, il est possible que vous ayez à la rembourser. Tout dépendra des crédits d’impôt auxquels vous aurez réellement le droit au titre de 2020.

Concrètement, si vous avez engagé beaucoup moins de dépenses éligibles à un avantage fiscal l’an dernier qu’en 2019, il faudra sans doute rendre tout ou partie de l’argent touché mi-janvier.

Cette situation risque d’être plus courante cette année qu’habituellement en raison de la crise sanitaire. D’importants frais de garde d’enfant ont sans doute pu être économisé par certains couples en raison du confinement et/ou du chômage partiel.

Par exemple, si seulement 500 euros ont été dépensés, contre 2.300 euros en 2019, le montant final du crédit d’impôt au titre de 2020 s’élèvera à seulement 250 euros (50% de 500) contre 1.150 euros l’année précédente (50% de 2.300).

Modulable avant décembre

Dans ce cas, le foyer devrait toucher 690 euros du fisc ce 15 janvier (60% de 1.150). Une bonne partie de cette somme – 440 euros précisément – sera donc à rembourser en juillet. L’administration procèdera à la régularisation via l’avis d’impôt qui suivra la déclaration de revenus du printemps.

Pour éviter cette situation, il est possible de renoncer ou de diminuer le montant de cet acompte mais la démarche doit être effectuée avant le début du mois de décembre de l’année précédente (via son espace personnel sur impots.gouv).