30 septembre 2020
Partagez

 

 

Les deux dernières crises majeures (SubPrimes et COVID-19) ont engendré une augmentation considérable des dettes publiques dans les économies développées. Comment vont réagir les Banques centrales et les États pour piloter les dettes publiques ? Quels impacts cela engendrera-t-il sur les stratégies d’épargne ? Quelles solutions privilégier dans ce contexte ?

Les Banques Centrales prêteurs en premier ressort, et les états en dernier ressort

Les deux dernières crises majeures (SubPrimes et COVID-19) ont engendré une augmentation considérable des dettes publiques dans les économies développées.
Pour maintenir la soutenabilité à moyen terme de la dette publique, les Banques centrales vont chercher :

  • à maintenir les taux d’intérêts à des niveaux très bas
  • et à assouplir leur doctrine face à l’inflation.

 

C’est bien le sens de l’annonce de la Réserve Fédérale américaine par la voix de son président lors du symposium de Jackson Hole fin août.

Taux bas et plus d’infl ation est donc l’un des scénarios les plus probables pour régler les dettes publiques.
Toutefois, cette situation engendrera un taux de rendement réel négatif dans de nombreuses stratégies d’épargne.

La Tontine pour bénéficier d’un gain en pouvoir d’achat en jouant le temps comme un allié

Dans un contexte économique et financier inédit, la Tontine prouve cette année encore sa solidité.

Ainsi, grâce à sa gestion en différentiel d’inflation, elle permet de bénéficier d’un taux réel positif et donc d’un gain en pouvoir d’achat sur une longue période.

Ainsi, depuis 1990, les Tontines arrivant à échéance permettent un gain de pouvoir d’achat annuel de l’ordre de +3 % (pour un adhérent âgé de 45 ans lors de l’adhésion et une durée de 15 ans).

Cette solidité est due à la particularité même de la Tontine. En effet, son échéance fixe permet d’adopter une gestion financière en adéquation avec un horizon déterminé et de se positionner aux moments opportuns sur les marchés financiers, dans des investissements de long terme dans l’économie réelle, et notamment dans :

Les stratégies non directionnelles pour gérer les incertitudes

Les incertitudes tant sanitaires, économiques, politiques que géopolitiques restent nombreuses à court terme et leurs répercussions sur le futur nous poussent à la prudence.

En réponse à ces incertitudes, les stratégies non directionnelles à moyen terme ainsi que la robustesse de la gestion à horizon déterminé à long terme sont deux solutions à privilégier pour celles et ceux souhaitant diversifier leur épargne.

Grâce aux supports Conservateur Double Opportunité, à leur échéance, la variation de l’indice boursier de référence (à la hausse comme à la baisse) peut ainsi se transformer en gain (dans la limite des caractéristiques du support).
Notre contrat Conservateur Helios Patrimoine vous donne un accès exclusif à notre gamme d’unités de compte de type « fonds à formule », pour tirer parti de la hausse comme de la baisse de l’indice boursier(1). Il s’agit de nos produits structurés, Conservateur Double Opportunité.
Ils permettent de tirer profit, au terme de chacun des produits (5, 6 ou 7 ans), de la hausse mais aussi de la baisse du marché.

LA GAMME DISPOSE D’UN SEUIL DE PROTECTION DU CAPITAL JUSQU’À UNE BAISSE DE L’INDICE DE -25 % AU TERME DES 5 ANS, -30 % AU TERME DES 6 ANS ET -35 % AU TERME DES 7 ANS.
LE SOUSCRIPTEUR TOUCHE LA VALEUR ABSOLUE DE L’ÉVOLUTION CONSTATÉE TANT QUE LE SEUIL DE PROTECTION N’EST PAS DÉPASSÉ.

Cette stratégie non directionnelle permet d’investir sur les marchés boursiers avec sérénité, i.e sans avoir à se soucier d’un investissement sur un point bas de marché.

CONSEIL DE NOS EXPERTS : En investissant dans plusieurs échéances (5, 6 ou 7 ans), vous diversifiez encore davantage votre portefeuille et échelonnez le moment où vous percevrez votre capital.

L’investissement thématique : des moteurs de croissance sur le long terme

Les plans de relance de l’Union Européenne et de l’Amérique du Nord soutiennent voire accélèrent les grandes tendances de transition. Les secteurs de la santé, de la transition écologique, de l’énergie, des transports, des nouvelles technologies et du digital ont été identifiés par les pouvoirs publics comme les principaux vecteurs d’investissement et de relance.

Il est probable que ces secteurs bénéficient de cette vague de fonds exacerbée par la COVID-19. Des investissements thématiques pour les actifs cotés ou des stratégies sans option de liquidité pour les actifs non-cotés permettent de capter ces « Mega tendances » et peuvent ainsi être de réels moteurs de création de valeur.

C’est la raison pour laquelle l’offre financière de nos contrats d’assurance-vie, de capitalisation et de retraite inclut une vingtaine de fonds thématiques, autour des sujets suivants :

 

  • Transition technologique et économie de la recherche
  • Transition démographique
  • Transition environnementale et climatique
  • Évolution des modes de gouvernance des entreprises.

 

 

Majoritairement investis dans les marchés financiers, ces fonds doivent donc être étudiés et considérés en prenant en compte votre situation personnelle, vos connaissances et votre expérience en matière financière, votre profil de risque et votre horizon de placement.

Votre Agent Général d’Assurance du Conservateur vous accompagne pour vous présenter l’étendue de la gamme à votre disposition et pour construire la stratégie d’investissement qui vous convient, prenant en compte vos besoins et ses composantes économiques mais aussi fiscales, civiles et de prévoyance.