Le conservateur

Actualités Le Revenu

Trois rempart contre l'inflation

Publié le 03 juillet 2022

Le Revenu vous conseille trois armes: l’immobilier toujours gagnant à long terme, car les hausses de prix se répercutent sur les loyers, l’or, qui reste le meilleur refuge face aux tensions géopolitiques et les fonds d’obligations indexés sur l’inflation.

Diversifier vos actifs immobiliers avec les SCPI

La pierre est un bon rempart contre l’inflation à long terme car les loyers sont, d’une manière ou d’une autre, indexés sur l’inflation et le foncier se revalorise. Les moyens d’investir sont nombreux : locatif en direct, foncières cotées, sociétés civiles immobilières (SCI) ou encore sociétés immobilières de placement immobilier (SCPI).

Le Revenu a retenu pour vous cinq SCPI. Faciles d’accès, les SCPI ont enregistré la plus forte collecte de leur histoire (2,6 milliards d’euros) au premier trimestre 2022, après 7,4 milliards pour l’année 2021. Elles ont fait preuve de résistance à la pandémie de Covid, le rendement annuel moyen atteignant +4,49 % en 2021 (certaines ont puisé un peu dans les réserves) et la performance globale, après revalorisation des parts, +5,85 %, selon l’Aspim.

Mais la guerre en Ukraine pourrait accélérer les hausses de taux et peser sur l’immobilier. Un dégonflement de la bulle des actifs financiers aurait sans doute moins d’effet qu’entre 1994 et 1997 sur les prix des parts de SCPI qui avaient cédé en moyenne 15% par an durant quatre ans, recul compensé en partie par leurs revenus annuels (+5 à 6% à l’époque), car des mesures ont été prises pour améliorer leur liquidité et éviter des décotes exagérées. Il faut néanmoins envisager ce placement pour le long terme. Et ce, d’autant plus que les frais d’entrée sont importants.

Cinq SCPI pour miser sur l’immobilier de long terme

Nom Émetteur Prix de souscription(1) Capitalisation(2) Taux de distribution Commentaire
ActivImmo Alderan 610 € 330 millions d’€ 6,20% Locaux d’activité et logistique.
Épargne Foncière La Française 835 € 4530 millions d’€ 4,40% Une des références du marché.
Épargne Pierre Atland Voisin 208 € 1.770 millions d’€ 5,36% Bureaux et commerce d’Île-de-France.
Eurovalys Advenis 1.300 € 790 millions d’€ 4,74% Diversifiée en Europe (surtout Allemagne).
Kyaneos Pierre Kyaneos 1.080 € 150 millions d’€ 5,94% Résidentiel dans le sud-est de la France.

L’or sert de refuge

Plus que jamais le métal précieux montre ses qualités de valeur refuge, l’once d’or ayant inscrit un nouveau record historique le 8 mars 2022 à 1.870,22 euros, au-delà du sommet du 7 août 2020, à 1 786,88 euros. Les primes sur les pièces sont un peu plus élevées que ces dernières années et des suspensions temporaires de cotation ont même été observées.

L’or reste à long terme un bon rempart contre l’inflation puisque son rendement annualisé sur quarante ans (+3,7 %) est supérieur à l’inflation moyenne sur la période (+2,5 %) pour celui qui l’aurait acquis fin 1981 (frais d’achat compris, selon l’IEIF). Mais c’est plus la situation en Ukraine que le retour de l’inflation qui porte actuellement les cours des métaux précieux, les plus fortes flambées de l’or ayant lieu lors des crises géopolitiques (Afghanistan, Iran). Les tensions exacerbent l’intérêt de certaines banques centrales (Russie, Chine…) et des investisseurs financiers.

L’appétit de ces derniers est aussi soutenu par un coût d’opportunité faible qui se mesure par les taux réels (taux d’intérêt moins l’inflation). Pour l’heure, un coût de détention nul conjugué à des risques accrus sur les obligations a soutenu leurs achats. Mais les prix freinent la demande de la joaillerie (42% des achats en volume).

Cinq pièces d’or à acheter

Nom Cours(1) Prime(2) Performance sur un an
50 Pesos 2.280 € 5,30% +26%
Croix Suisse 20 francs 349 € 4,40% +23,30%
Krugerrand 1.879,75 € 4,80% +19,80%
Napoléon 20 francs 351 € 4,70% +22,20%
Souverain George V 450 € 6,50% +25,70%

Des titres indexés sur l’inflation

Quoi de mieux pour se protéger contre l’inflation que des obligations dont le coupon et la valeur finale sont indexés sur l’inflation. Car il suffit d’une inflation de 2,5% par an pendant dix ans pour qu’une somme se déprécie de 22%. La rémunération d’une obligation indexée aura deux composantes : la prime liée à l’inflation cumulée année après année et son taux d’intérêt de base souvent très faible, qui est en fait son taux réel. Mais les obligations indexées sur l’inflation, comme les OAT indexées (ou OATi) émises par le Trésor français, ne sont pas accessibles en direct aux investisseurs particuliers et il faut passer par des fonds.

Le Revenu en a sélectionné quatre, le cinquième étant un tracker (ETF) qui reproduit la performance des titres obligataires indexés sur l’inflation moins ses faibles frais de gestion (0,2%). Les autres fonds sont gérés activement par des gérants qui examinent aussi la qualité des souches et les risques de duration.

Les gestions les plus flexibles et dynamiques, comme celles de CPR Focus Inflation, de DNCA Invest Inflation et du nouveau fonds Axa WF Euro Inflation Plus (LU2257473269), s’avèrent les plus performantes dans le contexte actuel de poussée inflationniste. Ces derniers peuvent notamment adopter des stratégies de couverture utiles en période reflux des taux, période défavorable pour ces actifs.

Cinq fonds obligataires anti-inflation

Nom (Isin) Performance sur un an(1)
Sicav et FCP(2)
Axa World Funds Euro Inflation Bonds (LU0251658612) +5,40%
CPR Focus Inflation (FR0010832469) +14%
DNCA Invest Flex Inflation (LU1694790202) +10,60%
La Française Euro Inflation (FR0010367086) +4,90%
ETF (tracker)
Lyxor Core Euro Government Inflation (LU1650491282) +5,60%