Le conservateur

Actualités Le Revenu

Patrimoine des ménages : les propriétaires profitent de la hausse des prix des terrains bâtis

Publié le 03 octobre 2022

Les Français sont-ils en train de s’enrichir en dormant ? En 2021, le patrimoine des ménages (particuliers, entrepreneurs individuels et institutions sans but lucratif au service des ménages) s’est accru de 8%, à 14.600 milliards d’euros, après une hausse de 6,5% l’année précédente selon les comptes nationaux établis par la Banque de France et l’Insee.

Cette bonne fortune est liée aux tensions observées sur le marché de l’immobilier sachant que les constructions et les terrains bâtis représentent 91,3% des actifs non financiers des ménages.

Ainsi, la progression de 8,2% du patrimoine non financier des ménages, à 9 933 milliards d’euros, a été portée par l’augmentation de 7,8% de la valeur des biens immobiliers.

Et c’est surtout l’accélération de la valeur des terrains bâtis qui a fait la différence avec un bond de 12% en 2021 après un gain de 10,8% en 2020.

En effet, la valeur des logements hors terrains a progressé plus modérément en affichant un taux de croissance de 3,7% sur les deux dernières années.

Par ailleurs, les objets de valeurs ont aussi participé à ce mouvement d’enrichissement grâce à la forte valorisation des métaux précieux qui s’apprécient de 17,9% après un repli de 1,9% en 2020.

Selon l’enquête Histoire de vie et Patrimoine de 2020, réalisée tous les trois ans par l’Insee, cette évolution des prix de l’immobilier a surtout profité aux couples avec ou sans enfants qui sont les plus nombreux à détenir un patrimoine immobilier.

En revanche, les personnes seules et les familles monoparentales, moins exposées à l’immobilier, ont moins bénéficié de cette évolution favorable des valorisations.

Du coté des actifs financiers, la situation est tout aussi réjouissante. En 2021, le patrimoine financier net des ménages a augmenté de 7,5%, à 4 667 milliards d’euros après une hausse de 5,6% en 2020.

L’Insee signale une nouvelle progression des encours en numéraires et des dépôts sur les comptes courants et les livrets d’épargne mais l’institut note une décélération à +6,4% après +9,9% en 2020.

« Les confinements de 2020 avaient entraîné une chute exceptionnelle de la consommation et une accumulation d’épargne sur les comptes courants, la baisse d’intensité de la pandémie de Covid-19 se traduit par un retour progressif à la normale en 2021. » observent les auteurs de l’étude

Les ménages ont aussi profité du rebond des marchés financiers. Ainsi la valeur des placements en actions et sur les fonds d’investissement a progressé de 13,3% après le très maigre 1,8% en 2020.

En revanche, l’assurance-vie, qui représente 32,8% des actifs financiers des ménages, accuse un ralentissement à +1,2% en 2021 après +2,7% en 2020.

L’étude indique cependant un net rebond des flux nets d’assurance vie dont la collecte augmente de 34,5 milliards d’euros sur l’année à comparer à une progression de 3,8 milliards un an plus tôt.

Orientés par les assureurs, les ménages ont privilégié les contrats en unités de compte, plus dynamiques, délaissant les contrats en euros, jugés plus sûrs mais moins performants.