Le conservateur

Actualités Le Revenu

Livret A et assurance vie : les deux gagnants du conflit ukrainien ?

Publié le 09 mars 2022

Pour vous aider à mettre votre épargne à l’abri des bruits de bottes et des turpides économiques (recul des marchés, envolée du prix des matières premières, hausse des taux d’intérêt), Le Revenu a comparé les atouts des deux meilleurs placements sans risques dans la conjoncture actuelle, Livret A et assurance vie, sur la base de quatre critères clés : fiscalité, rendement, liquidité, sécurité.

Nom du gagnant à la fin de l’article !

Fiscalité : Livret A et assurance vie sur un pied d’égalité

Le Livret A est exonéré d’impôts et de prélèvements sociaux. En assurance vie, les gains sont souvent encaissés hors impôts (contrat de plus huit ans dans la limite de 4.600 euros de profits retirés dans l’année, le double pour un couple) mais ils n’échappent pas aux prélèvements sociaux (17,2% depuis le 1er janvier 2018). En revanche, au décès du titulaire d’un contrat d’assurance vie, les capitaux sont transmis le plus souvent hors taxation. Alors que l’encours du Livret A est soumis aux droits de succession à taux progressif.

Conclusion : deux placements à fiscalité privilégiée.

Rendement : l’assurance vie l’emporte haut la main

Les statistiques du Revenu sont formelles. Sur 30 ans, le Livret A (+ 108%) est bien moins rentable que l’assurance vie traditionnelle dite «en euros» (+ 268%). Certes les performances passées ne préjugent pas des performances avenir. Certes de nombreux contrats en euros rapportent moins que l’épargne réglementée après déduction des prélèvements sociaux.

Il n’empêche, les contrats d’assurance vie moderne dit «multisupports» offrent un potentiel de rendement bien plus élevé. Car vous pouvez diversifier votre épargne dans des «unités de compte» (UC) investies en Bourse et immobilier. Les UC ne profitent pas d’une garantie sur le capital. Mais en appliquant la stratégie 80-20 du Revenu (80% fonds en euros, 20% UC boursières en actions internationales) vous vous constituez votre propre garantie.

Rappel : pour une détention de quinze ans et plus, aucune perte n’a été constatée depuis plus de 150 ans sur les actions françaises («Les placements de l’épargne à long terme», 3ème édition, J.F. de Laulanié, Economica, 2016).

Liquidité : le Livret A fait la course en tête

Le Livret A est le placement le plus liquide. Il suffit d’un clic de souris pour récupérer votre épargne. Si le livret et votre compte courant sont dans la même banque, l’opération est instantanée. Dans le pire des cas, elle peut prendre vingt-quatre heures.

En assurance vie, votre argent est aussi disponible à tout moment. Il n’est pas bloqué contrairement à une idée reçue. Mais le récupérer peut prendre quelques jours, selon les compagnies et le canal par lequel vous réalisez votre retrait partiel (téléphone, Internet, agence).

Sécurité : léger avantage au Livret A

Le Livret A profite d’une garantie d’État. L’assurance vie traditionnelle dite «en euros» bénéficie d’une garantie donnée par chaque compagnie. La garantie s’entend de plus en plus souvent après déduction des frais de gestion annuelle du contrat. Les unités de compte, nom des fonds d’investissement en assurance vie, ne profitent d’aucune garantie. En cas de faillite d’un assureur – scénario extrême – le rachat par un concurrent est le scénario le plus probable. À défaut, chaque assuré profite d’une garantie à hauteur de 70.000 euros par compagnie.

Conclusion. Livret A et assurance vie sont plus complémentaires qu’ils ne s’opposent. Plafonné à 22.950 euros, Le Livret A convient pour l’épargne de précaution, soit les trois mois de revenu que vous mettez de côté pour faire face aux coups durs. Sans plafond de versement, l’assurance vie est un placement destiné à financer vos projets de moyen et long terme (retraite, études des enfants, acquisition d’une seconde résidence).