Le conservateur

Actualités Le Revenu

L'impôt sur la fortune immobilière (IFI) a rapporté 1,56 milliard en 2020

Publié le 01 avril 2022

Ce recul est lié au fait que les rentrées de 2019 – 2,1 milliards – incluaient des sommes dues au titre de l’IFI des années précédentes et de l’ancien ISF, justifie-t-il.

«Si l’on ne regarde que les sommes dues au titre de chaque année, les recettes sont bien en progression, passant de 1,49 milliard en 2019 à 1,56 milliard en 2020» (+4,4%), dit-il.

Le ministre réfute l’accusation selon laquelle la réforme serait «un cadeau aux riches» (l’ISF rapportait environ 4 milliards): «L’objectif de la réforme de la fiscalité du capital était d’avoir une fiscalité plus proche des standards internationaux et d’inciter à l’orientation de l’épargne vers des placements plus productifs. La réforme participe au fait que la France est devenue le pays le plus attractif de la zone euro. Elle contribue aussi à l’accélération du retour de contribuables français partis à l’étranger», selon M. Dussopt.

Il souligne «la grande hétérogénéité des contribuables assujettis à l’IFI»: «un quart seulement a un patrimoine (immobilier) supérieur à 2,5 millions d’euros».

143.000 foyers assujettis à l’IFI

Et «la réforme de la fiscalité du capital (qui comprend aussi le prélèvement forfaitaire unique ou la CSG sur les hauts revenus) a coûté moins cher que prévu : environ 2 milliards d’euros et non 5 milliards», ajoute Olivier Dussopt.

Selon la direction générale des Finances publiques (DGFiP), plus de 143.000 foyers ont adressé en 2020 une déclaration d’IFI, en progression de 3% sur un an. Cet impôt porte sur les patrimoines immobiliers d’une valeur totale imposable supérieure à 1,3 million d’euros (après déduction des dettes et d’un abattement de 30% sur la valeur de la résidence principale).

Le Revenu, avec AFP