Le conservateur

Actualités Le Revenu

Guerre en Ukraine : les bons réflexes pour vos placements

Publié le 03 mars 2022

Volatilité accrue sur les marchés financiers, flambée du prix du baril de pétrole (+9,8% à New York depuis le début du conflit jeudi dernier), accélération de l’inflation (+3,6% en février sur un an selon l’Insee) : la guerre à moins de 1.500 km de nos frontières impacte votre épargne. Et ce n’est sans doute qu’un début !

Tout va dépendre de la longueur du conflit

Va-t-il durer deux semaines ou deux ans ? Personne ne peut répondre aujourd’hui. Comme toujours en période de crise, le cash est roi. Pour protéger votre patrimoine de la baisse de la valeur des principaux actifs, actions en tête. Pour saisir des opportunités qui ne manqueront pas de se présenter.

Les décisions à prendre dépendent de votre situation personnelle et des placements que vous détenez.

En Bourse, gardez le cap. Il est trop tard pour vendre et trop tôt pour se renforcer. Attendez une chute de 20% du CAC 40 par rapport à son point haut de janvier pour réaliser des achats à bon compte. A ce jour, le recul n’est «que» de 12%.

En immobilier, poursuivez vos projets si vous disposez de la visibilité requise tant sur le plan personnel que professionnel. La pierre n’est pas un actif sans risques mais elle est dotée d’une valeur d’usage qui rassure en période de crise.

En assurance vie, diversifiez davantage

L’assurance vie traditionnelle dite «en euros» avec garantie sur le capital, «effet cliquet» et liquidité à tout moment n’est pas morte. Au contraire. Elle constitue un précieux coussin amortisseur en période de fortes tensions géopolitiques. Vous devez y investir entre 60 et 80% de votre épargne selon votre besoin de sécurité.

Le reste doit être investi en actions internationales en évitant pour l’instant les Bourses émergentes d’Europe de l’Est qui manquent cruellement de visibilité.

L’or peut protéger en cas de crise systémique. Mais nous continuons à penser que le métal jaune, qui ne rapporte aucun revenu, ne doit pas représenter plus de 5 à 10% de vos placements.

Les experts du Revenu répondent à vos questions (service réservé aux abonnés).