Le conservateur

Actualités Le Revenu

Financement participatif 2021 : investissements doublés dans la transition énergétique

Publié le 29 mai 2022

L’accélération des investissements enregistrée en 2021 inscrit solidement le financement participatif parmi les leviers d’actions au regard de l’urgence climatique et de la nécessité d’investir massivement dans les énergies renouvelables pour assurer la stabilité des prix et des approvisionnements énergétiques.

Elle s’explique en partie par la montée en puissance à côté des particuliers des investisseurs institutionnels sur les plateformes : banques privées, family offices, fonds d’investissement, conseillers en gestion de patrimoine qui y trouvent des projets qui répondent aux attentes financières et extra-financières de leurs clients.

Les 185 millions d’euros de financement participatif ont été investis dans 367 projets* de fermes éoliennes, de centrales solaires au sol et sur toitures, de centrales hydrauliques, d’unités de méthanisation, de projets d’efficacité énergétique, etc. Une quantité d’opportunités telle qu’il est aisé de diversifier son portefeuille tout en s’assurant de la qualité des projets proposés : la grande majorité est portée par des acteurs de premier plan (filiale de grands groupes, PME / ETI indépendantes réalisant plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires).

Au-delà des labels, décarboner ses investissements en toute transparence

Les plateformes de financement participatif donnent aux investisseurs des informations détaillées quant à l’impact des projets sélectionnés : implantation, caractéristiques techniques, production d’électricité renouvelable et tonnes de CO2 évitées… Ainsi, un financement participatif de 3 millions d’euros, souscrit par plus de 1.500 personnes, participe à la construction de 45 centrales solaires en toitures qui produiront 6 MWh, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 2.600 personnes.

Autre exemple, celui d’un parc éolien situé en Moselle – dans lequel 900 personnes et un fonds d’investissement ont prêté 3 millions d’euros – qui permet d’éviter tous les ans l’émission de 8.200 tonnes de CO2.

Au-delà des labels, parfois opaques ou décorrélés des projets concrets, l’accélération du financement participatif dédié aux énergies renouvelables vient corroborer la conclusion d’une étude* récemment publiée par l’AMF : «Les épargnants attendent des exemples concrets de projets et des preuves de l’impact de ces placements». Cette attente de transparence se mesure à l’aune de la dynamique des investisseurs sur les plateformes. Sur Lendosphere, deux tiers des 20 000 investisseurs inscrits actuellement sont fidèles, et la base d’investisseurs croît de 40 % chaque année.

Investisseurs particuliers et professionnels au rendez-vous

L’urgence climatique l’impose : il faut multiplier par trois à six les investissements dans la transition énergétique pour limiter à 2°C l’élévation de la température moyenne de la Terre. Bonne nouvelle : «les capitaux et liquidités sont présents en volumes suffisants pour réaliser ces investissements»*, c’est une simple question de répartition !

Pour orienter les flux financiers vers les projets de transition énergétique, le financement participatif est l’un des leviers de massification à la portée de l’ensemble des investisseurs – particuliers, avertis ou non, comme professionnels – leur offrant la possibilité de mesurer concrètement leur impact tout en répondant à leurs attentes de performance.

Après sept années d’existence, tous les projets arrivés en fin de remboursement ont affiché une sortie positive sur Lendosphere, et le portefeuille de projets financés n’a à ce jour rencontré aucun défaut. L’annonce par le gouvernement d’une modification des tarifs d’achat d’électricité dans le solaire concerne des

La volonté de l’État de réviser à la baisse les tarifs d’achat octroyés avant 2011 pour environ 700 centrales solaires n’affectera pas celles financées en participatif, dont les tarifs ont été obtenus après cette date. Les premiers résultats de 2022 montrent que l’engouement des investisseurs se poursuit, accentué par la nécessité d’accélérer l’indépendance énergétique à laquelle les énergies renouvelables apportent une réponse géopolitique stable et économiquement rentable.

*sources : Baromètre 2 021 Greenunivers, GIEC, AMF.