Le conservateur

Actualités Le Revenu

Bourse : profitez des plans de relance de Joe Biden

Publié le 10 octobre 2021

Les investisseurs institutionnels (caisses de retraite, fonds de pension, etc.) suivent de près la bataille au Congrès autour des plans de relances de Joe Biden.

Le Sénat a voté un plan de relance ciblé sur les infrastructures de 1.200 milliards de dollars qui doit encore passer par la Chambre des représentants. Un autre plan de soutien plus social devrait suivre. S’ils atteignent les 5.000 milliards visés par les démocrates, ces plans pourraient avoir un très fort impact sur la Bourse américaine, déjà l’une des plus dynamiques du monde.

Le programme électoral de Joe Biden comprenait, outre des rénovations d’infrastructures, d’importantes aides budgétaires aux universités, aux familles, en faveur de la transition climatique… «Mais il y a quelque chose de plus intéressant encore pour les entreprises américaines, c’est l’orientation de l’administration américaine en faveur de son marché intérieur, qui par exemple fait pression sur les grands fabricants de semi-conducteurs (Intel, Samsung, TSMC…) pour qu’ils construisent de nouvelles usines aux États-Unis», souligne Vincent Haderer, responsable du pôle gestion Amérique et Monde chez Covea Finance.

Les entreprises américaines seront évidemment les mieux placées pour profiter des plans de relance et du recadrage géopolitique. Notamment les petites et moyennes sociétés, dont la capitalisation boursière est à l’échelle des États-Unis, comprise entre 2 et 20 voire 30 milliards de dollars, comparable donc à celle de grands groupes français comme Bouygues qui vaut 13,8 milliards d’euros en Bourse ou même Veolia (17,3 milliards d’euros).

Il n’est pas trop tard

«Les valeurs de taille moyenne se paient dix-neuf fois les bénéfices des douze prochains mois, indique Vincent Haderer de Covéa Finance. Cela reste dans la moyenne historique des dix dernières années.« Il ajoute: «Le potentiel de bonnes nouvelles sur les valeurs moyennes est bien supérieur à celui sur les ténors de la cote, compte tenu des attentes déjà élevées pour cette catégorie de sociétés.»

«La conjoncture actuelle est favorable aux petites et moyennes valeurs, particulièrement les petites», renchérit Frédéric Surry, responsable adjoint de l’équipe de gestion actions chez BNPP AM. Les petites valeurs réalisent leurs meilleures performances en sortie de crise. On l’a constaté après l’éclatement de la bulle internet au début des années 2000 et après la crise financière de 2008.»

La capitalisation boursière moyenne des entreprises dans lesquelles BNP Paribas Smallcap investi est de 4,7 milliards de dollars.

Attention. Les petites valeurs sont les plus à risques et les plus sensibles à la menace d’une reprise de l’inflation et d’une hausse des salaires, ou d’une crise de la dette semblable à celle de 2008 à cause des déficits publics post-Covid. Sans oublier la concurrence des grandes entreprises en raison justement du repli géopolitique des États-Unis. Cependant l’administration américaine a montré son intention de faire respecter les règles du jeu en s’attaquant notamment aux politiques anticoncurrentielles des Google, Facebook ou Apple qui étouffent dans l’œuf leurs jeunes rivaux.

Vous pouvez compter sur le talent des gérants qui effectuent des analyses approfondies pour choisir des sociétés de qualité, pas trop endettées et qui ont le pouvoir d’augmenter leurs prix. «La catégorie Mid-Cap ne représente que 12% de l’ensemble des actifs des fonds d’investissement en actions américaines recensés par Morningstar» relève Henrik Blohm, gérant principal de BL-American Small & Mid Cap BM. Il en conclut que «l’univers des petites capitalisations offre de nombreuses opportunités aux gérants actifs».

L’investisseur particulier peut aussi acheter le tracker Amundi Russell 2000 Ucits ETF (LU1681038672), éligible au PEA grâce à des techniques financières sophistiquées. Il reproduit la performance du Russel 2000, l’indice phare des petites et moyennes valeurs américaines.


Notre sélection de fonds de diversification

BL-American Small & Mid Cap BM (LU1484763732)

+64% sur 3ans
Depuis 1er janvier : +15,5%
Émetteur : BLI (Crédit Mutuel)
Création : novembre 2015
Encours : 647 millions euros
Prix de la part : 228 euros

TFE* : 1,46%

Pour jouer le dynamisme du marché américain avec un portefeuille de 40 à 60 valeurs de qualité pouvant atteindre jusqu’à 30 milliards de dollars de capitalisation (l’égal de Michelin ou Orange). Gestion prudente par une filiale du Crédit Mutuel. Valeur en euro couverte du risque de change.

BNP Paribas US Small Cap Classic H (LU0251806666)

+30,60% sur 3ans
Depuis 1er janvier : +11%
Émetteur : BNP Paribas AM
Création : mai 2013
Encours : 930 millions d’euros
Prix de la part : 275 euros

TFE* : 2,22%

Pour investir dans 90 valeurs choisies pour leurs qualités intrinsèques. Capitalisation moyenne de 4,7 milliards de dollars. Le Revenu a retenu la part couverte contre le risque de change. La sicav propose aussi un compartiment moyennes valeurs et des parts non couvertes contre le risque de change.

Covéa Actions Amérique Mid Cap A (FR0011208800)

57% sur 3ans
Depuis 1er janvier : +16%
Émetteur : Covéa Finance
Création : avril 2012
Encours : 100 millions d’euros
Prix de la part : 49,47 euros

TFE* : 1,18%

Le FCP est géré, depuis Paris, par une équipe de six personnes. Il compte une cinquantaine de valeurs de grande qualité. La technologie pèse 25% de l’encours. Nombreux leaders sur leur marché domestique en portefeuille (jusqu’à 20 milliards de capitalisation).

ODDO BHF US Mid Cap CR-EUR (FR0000988669)

+41% sur 3ans
Depuis 1er janvier : +10,88%
Émetteur : Oddo BHF AM
Création : octobre 2002
Encours : 340 millions d’euros
Prix de la part : 640 euros

TFE* : 1,46%

Ce fonds privilégie les valeurs de croissance (numérique…) aux valeurs cycliques et les valeurs en position dominante sur leur spécialité. Wellington Management LLC, gérant par délégation est attentif au business model et à la capacité des sociétés à augmenter leurs prix en période d’inflation.

* Total de frais sur encours / Cours arrêtés au 07/09/021


Chiffres clés

1.200 milliards de dollars : montant du plan de relance américain dédié aux infrastructures, voté au Sénat le 10 août 2021

58% : c’est le poids des États-Unis dans la capitalisation boursière mondiale (indice MSCI All Country)