Le conservateur

Actualités Le Revenu

Assurance vie luxembourgeoise : à qui s'adresse-t-elle ?

Publié le 01 janvier 2022

L’assurance vie luxembourgeoise vise les patrimoines conséquents, à partir de 125.000 euros.

En vertu de la «neutralité fiscale», c’est la fiscalité du pays de résidence du souscripteur qui s’applique. Ainsi, pour son contrat luxembourgeois, un résident français est soumis à la fiscalité de l’assurance vie française : flat tax, abattement après huit ans, etc. S’il s’expatrie dans un autre pays, le contrat adopte la fiscalité locale.

Variété d’unités de compte

Certains contrats, pas tous, offrent un fonds garanti (en euro ou dans une autre devise), mais moins bien rémunéré que leurs équivalents français. Ils se distinguent surtout par la diversité des unités de compte: OPCVM (actions, obligations, immobilier), actions cotées, produits structurés, hedge funds, titres non cotés, etc. Un chef d’entreprise peut aussi y loger les parts de sa société.

Autre spécificité : des mandats de gestion personnalisés notamment le fonds interne dédié (FID) ou le fonds d’assurance spécialisé (FAS) où le souscripteur choisit les actifs à mettre dans son contrat.

Enfin, l’assureur verse les fonds auprès d’une banque dépositaire contrôlée par le Commissariat aux assurances du Grand-Duché : c’est le «triangle de sécurité». Et en cas de faillite de l’assureur, l’assuré créancier de premier rang («super-privilège») récupère ses capitaux sans plafond.

Notre avis : contrats chargés en frais, mais donne accès à des montages financiers impossibles dans les contrats français.


D’un coup d’œil

Sécurité : capitaux sécurisés en cas de faillite de l’assureur.

Performance : aléatoire sur les unités de compte; moins de 1% pour les fonds garantis.

Durée : variable selon le pays de résidence.

Liquidité : bonne avec sortie en titres possible.

Fiscalité : selon le pays de résidence.