Partagez

Une Sicav monétaire permet de placer des liquidités pour une courte durée. La valorisation est quotidienne. La performance suit les taux au jour le jour ou les taux à trois mois des marchés financiers.

La Sicav investit dans des titres de dette d’une maturité d’un à six mois : billets de trésorerie des entreprises, certificats de dépôt émis par les banques et bons du Trésor.

Une star déchue

Les écarts de performance d’une Sicav à l’autre dépen­dent de la durée des titres de créance achetés, de la qualité des emprunteurs et des frais de gestion. Plus les titres choisis sont sûrs (bons d’État, entreprises publiques, multinationales notées AAA) et à court terme, plus leur rendement est faible, voire négatif.

Dans le contexte actuel de taux négatifs, les Sicav ne rapportent plus rien, certaines perdant même de l’argent à cause, entre autres, des frais de gestion. Elle est loin l’époque où les Sicav monétaires rapportaient plus de 10% par an comme au début des années 1990.

Les Sicav monétaires éligibles au PEA sont à éviter tant que les taux ne sont pas remontés. Les Sicav monétaires sont soumises à la fiscalité des valeurs mobilières. Elles subissent le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30%, sauf si vous les achetez dans un PEA.

Notre avis : Les taux négatifs pénalisent ce placement. Pour vos liquidités, préférez le Livret A, le LDDS et les livrets à taux dopés, proposés par les banques en ligne notamment.


D’un coup d’œil

Sécurité : bonne.

Performance : le taux du marché monétaire.

Durée : à partir de quelques jours. Pas de durée maximale.

Liquidité : bonne.

Fiscalité : PFU de 30%.