Partagez

Immobilier

Nous restons positifs

En 2020, la santé du marché immobilier sera plus que jamais liée à l’évolution des taux des crédits. Les prévisions sur le premier semestre sont plutôt favorables.

Des taux ultra-compétitifs devraient encore soutenir la demande sur une grande partie du territoire malgré les récents bémols exprimés par la Banque de France. Les prix immobiliers devraient, dans cet environnement, continuer à progresser de 2 à 3% dans la plupart des grandes métropoles.

Un bémol : les villes où la cote a flambé devraient enregistrer une stabilisation, voire un léger recul des prix. Sauf à Paris et Lyon. Dans le neuf, le stock de biens en vente diminue et ne se renouvelle pas suffisamment.

La demande reste dynamique et les prix progressent. L’échéance des élections municipales au printemps freinera les autorisations de mises en chantier, et la rumeur d’une éventuelle remise en cause du dispositif Pinel contribuerait, elle aussi, à l’accentuation de cette décélération du marché d’ici quelques mois.

Placements atypiques

À la mode

Forêts, vins, vieux manuscrits… Les placements atypiques – l’AMF, le gendarme de l’épargne parlent de «biens divers» – ont le vent en poupe. Rien d’étonnant.

En période d’incertitudes, les actifs tangibles rassurent. D’autant que les placements sans risques traditionnels (livret, épargne logement, assurance vie en euros) ne rapportent plus grand-chose.

Restez à l’écart des monnaies virtuelles, bitcoins et autres, sauf si vous êtes informaticien. Préférez la forêt, le vin et les œuvres d’art. Des actifs atypiques qui ont fait leur preuve dans la durée.

Mais n’y consacrez pas plus de 5 à 10% de vos placements et faites-vous accompagner par des experts indépendants.

Or

Un bon outil de couverture

L’once d’or en dollars a grimpé de près de 20% en un an. Des points hauts ont été atteints : à 1.604 dollars le 8 janvier.

Fait rare : l’or a brillé en même temps que tous les autres actifs. Les tensions géopolitiques, notamment la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis ont rappelé aux investisseurs ses attributs de valeur refuge.

Et la baisse des taux d’intérêt a renforcé son attrait relatif face aux emprunts d’États à rendements négatifs. L’or ne rapporte rien mais c’est mieux que moins que rien…

Pour 2020, le contexte économique et financier devrait rester favorable au métal précieux, surtout avec l’incertitude créée par le coronavirus. Beaucoup le voient atteindre 1.700 dollars l’once. L’or peut représenter 5 et 10% de vos actifs financiers.

Bourse

Tendance haussière

Depuis le pic de 2007 (avant la crise financière), le S&P 500 a gagné plus de 110%. C’est 2,5 fois plus que la hausse du chiffre d’affaires des entreprises et cinq fois plus que la progression du PIB.

Des Bourses européennes et émergentes, beaucoup plus abordables, devraient rattraper une partie du retard accumulé depuis dix ans. Ainsi, le CAC 40 n’a «rien fait en vingt ans (plus haut historique le 4 septembre 2000 à 6.944 points). La performance se limite aux dividendes, proche de 3% par an.

Les actions devraient rester soutenues en 2020 par la faiblesse des taux d’intérêt même si l’épidémie en Chine augmente l’incertitude.

Deux thématiques porteuses : les sociétés répondant aux besoins croissants des «Millennials» (génération née entre 1980 et 1999), l’économie du développement durable (réduction des émissions carbone, etc.).

Titres à privilégier : Bouygues, Carrefour, Engie, Nexans, Sanofi, Total, Xilam, l’ETF Lyxor PEA Émergents, Alibaba, First Solar.

Assurance vie

Une nécessaire diversification

Dans sa version multisupport, aujourd’hui la plus courante, un contrat vie dispose d’un fonds en euros garanti et d’unités de compte non garanties mais potentiellement très performantes.

L’horizon du fonds en euros sécurisé se bouche en raison de taux d’intérêt pouvant être nuls, voire négatifs. Les rendements 2019 en ont pâti. Et tant que les taux restent aussi bas, la tendance ne pourra malheureusement pas s’inverser.

Pour les unités de compte, il faudra être très sélectif en 2020. Beaucoup de marchés (immobilier, actions, obligations…) ont profité en 2019 de performances «inespérées».

Ne dit-on pas que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ? Pour profiter au mieux des nombreux atouts patrimoniaux de l’assurance vie, prudence et pragmatisme seront les maîtres mots pour une nécessaire diversification de votre contrat.

Trésorerie

Des rendements au plancher

En 2020, la performance des placements de trésorerie (livrets, comptes à terme, Sicav monétaires) devrait rester inférieure à l’inflation.

Il en sera ainsi tant que la Banque centrale européenne (BCE) inondera le marché de liquidités en maintenant des taux à court terme négatifs.

En février, le rendement du Livret A est passé à 0,50%. Dans la foulée, les banques en ligne devraient une nouvelle fois abaisser la rémunération de leurs livrets.

En 2020, réduisez vos liquidités à trois ou quatre mois de revenu. Et placez l’excédent sur de vieux PEL ou des contrats d’assurance vie en euros.

 

Découvrez toutes nos actualités Groupe Le Conservateur