Partagez

La future réforme des retraites prévoit d’assouplir les règles du cumul emploi retraite afin d’inciter les Français à retarder leur départ à la retraite et faciliter le recours à cette pratique encore méconnue mais qui se popularise.

En 2017, le dispositif de cumul emploi-retraite concernait 473.200 seniors, soit 16.500 de plus qu’en 2016. Grâce à ce dispositif, les salariés peuvent ainsi poursuivre une activité rémunérée tout en percevant leurs pensions, et donc améliorer significativement leur situation financière.

Le dispositif de cumul emploi-retraite intéresse également le cercle plus réduit des dirigeants et des professionnels libéraux. Sa mise en œuvre permet d’optimiser leur situation personnelle mais également d’alléger les contraintes financières pesant sur l’entreprise.

Ainsi, un dirigeant ou un professionnel libéral percevant ses pensions de retraite disposera d’une sécurité financière qui lui permettra une plus grande variété de stratégies personnelles ou professionnelles (financement de nouveaux projets, réduction progressive de l’activité, préparation d’une cession, etc.).

Outre cette palette de choix plus étoffée, l’aspect financier n’est pas à négliger : la rentabilité intrinsèque du cumul emploi-retraite est réelle dans la plupart des cas. Il est souvent plus intéressant d’être en situation de cumul emploi-retraite que de déclencher ses retraites au moment de la cessation définitive de son activité. Et ce, malgré l’absence d’acquisition de nouveaux droits une fois les retraites perçues.

Deux cas à distinguer

Il est cependant important de bien maîtriser la règlementation et ses contraintes pour qu’une situation qui pourrait être avantageuse ne génère pas des complications fâcheuses. Il convient donc de distinguer deux cas possibles : le cumul emploi-retraite libéralisé et le cumul emploi-retraite plafonné.

Le cumul emploi-retraite libéralisé s’adresse à ceux qui ont demandé à percevoir l’intégralité de leurs pensions, et qui ont :

– soit atteint l’âge du taux plein d’office (67 ans pour ceux nés à partir de 1955) ;

– soit atteint l’âge légal d’ouverture du droit (62 ans pour ceux nés à partir de 1955) et qui ont le taux plein.

Dans ce cas, vous pouvez les cumuler sans limite de rémunération.

Le cumul peut être plafonné

Le cumul emploi-retraite plafonné s’adresse à ceux qui ne respectent pas ces dernières conditions. Il est plafonné selon les principes suivants :

– une activité salariée : vous pouvez continuer à percevoir vos retraites à condition que le total de vos nouveaux salaires et de vos retraites des régimes alignés et complémentaires salariées ne soit pas supérieur à différents plafonds. De plus, vous devez respecter un délai de carence de six mois afin de reprendre une activité salariée auprès de votre dernier employeur. Si vous êtes mandataire social vous devez notifier votre situation par le biais d’un procès-verbal de votre société.

– une activité commerciale ou artisanale (Sécurité Sociale des Indépendants) : vous pouvez continuer à percevoir vos retraites à condition que vos revenus professionnels de l’année entière restent inférieurs à la moitié du plafond de la sécurité sociale.

– une activité libérale : vous pouvez continuer à percevoir vos retraites à condition que vos revenus professionnels de l’année entière restent inférieurs au plafond annuel de la sécurité sociale.

Lorsque les règles du cumul emploi retraite plafonné ne sont pas respectées, le versement des pensions est soit suspendu, soit écrêté (en fonction des régimes concernés).

Vigilance donc car une méconnaissance des multiples règles peut entrainer une perte financière non négligeable.